vendredi , décembre 6 2019

Cette fois, pas de blague

L’affaire aurait dû être emballée et pesée en octobre, mais les Bleus font durer le plaisir. Puisque la Turquie est venue arracher le nul à Saint-Denis il y a un mois (1-1), les hommes de Didier Deschamps ont droit à une deuxième voire troisième chance. Il leur suffira d’une victoire face à la Moldavie ou en Albanie dimanche pour valider leur ticket pour l’Euro. Et même une défaite de l’Islande en Turquie, quelques minutes avant le coup d’envoi au Stade de France, suffirait à les qualifier. Mais un champion du monde ne peut se contenter de telles circonstances. Surtout face à la Moldavie.

N’y allons pas par quatre chemins, cet enchaînement Moldavie-Albanie n’a pas grand-chose à voir avec celui qui avait proposé l’Israël puis la Bulgarie à des Bleus qui n’avaient besoin que d’un point en 1993 et qui avaient fini par rater la Coupe du monde 1994. Il serait bien illusoire d’entretenir un insoutenable suspense sous prétexte que les Bleus sont déjà tombés dans des pièges sans doute plus menaçants. D’abord parce que la Moldavie est d’une confondante faiblesse lors de cette campagne de qualifications : 7 défaites en 8 matches, 22 buts encaissés et, surtout, un revers face à Andorre, qui attendait depuis 21 ans sa première victoire dans la compétition.

Olivier Giroud lors de Moldavie-France / Qualifications Euro 2020

Olivier Giroud lors de Moldavie-France / Qualifications Euro 2020Getty Images

La Moldavie ? Quelque part entre le Guyana et le Tchad

A l’aller, la France n’avait jamais tremblé (1-4) et l’écart est abyssal entre les champions du monde et leur visiteur du soir, entre la 2e nation du classement FIFA et la 175e (quelque part entre le Guyana et le Tchad). Ensuite parce que les Bleus ont retrouvé une partie de leur force depuis le dernier rassemblement. Si Hugo Lloris et Paul Pogba manquent toujours à l’appel, si Lucas Hernandez et Blaise Matuidi ont dû déclarer forfait, le retour de N’Golo Kanté et, surtout, de Kylian Mbappé suffisent à faire grandir la menace. La perspective d’une attaque à quatre têtes composée de la bombe de Bondy, Griezmann, Giroud et Coman a tout pour faire voler en éclats la plus mauvaise défense du groupe H.

Les joueurs ont rabâché le même message tout au long de la semaine, à l’image de Lucas Digne qui a mis en garde contre la tentation de « jouer trop facile, de ne pas être prêt ». Il ne peut pas en être autrement et les appels à la prudence rappellent en creux que les Bleus seront leur pire ennemi sur la pelouse du Stade de France ce jeudi. Mais même si Griezmann traverse une grosse zone de turbulences à Barcelone, même si Kylian Mbappé et N’Golo Kanté ont connu une succession de pépins physiques cette saison, même si Kingsley Coman n’est plus aussi virevoltant au Bayern qu’à la rentrée, même si Corentin Tolisso a perdu sa place de titulaire en club, la marge apparaît largement suffisante.

Raphaël Varane (France), buteur en Moldavie

Raphaël Varane (France), buteur en MoldavieGetty Images

Course à la première place

Au-delà de la qualification, c’est aussi la première place que les Bleus seraient inspirés d’occuper dimanche soir. Parce qu’il vaut toujours mieux se présenter comme une tête de série à un tirage au sort de grande compétition internationale. Ce jeudi marquera sans doute le dernier tournant dans cette course au leadership. Un nul ou une défaite de la Turquie permettrait aux Bleus de reprendre les commandes en cas de victoire avant de se rendre en Albanie, alors que les Turcs se déplaceront en Andorre. Alors non, vraiment, cette fois, pas de mauvaise blague les Bleus.

A propos Eurosport.fr

Eurosport.fr
Eurosport est la première destination sportive en Europe, alimentant la passion des fans et les mettant en contact avec les plus grands événements sportifs du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *