mardi , novembre 19 2019

Copa América 2019 : ce qu’il faut savoir du groupe B


Comment vont les favoris argentins et colombiens ?

En attendant d’organiser conjointement la Copa América 2020 (la quatrième édition en cinq ans, donc), l’Argentine et la Colombie se retrouvent face à face dans le groupe B et vont pouvoir s’expliquer d’entrée. Miam ! Secoué par un nouvel échec à la Coupe du monde en Russie, Lionel Messi s’était mis en retrait de la sélection l’été dernier. Mais comme en 2016, la Pulga a fini par revenir. En mars dernier, son retour a coïncidé avec une sale défaite contre le Venezuela (1-3), sauf que depuis, l’Albiceleste a battu le Maroc (1-0) et s’est surtout rassurée dans la dernière ligne droite en tamponnant le Nicaragua (5-1) grâce à un doublé de… Messi (en 45 minutes de jeu). Un capitaine qui semblerait avoir enfin trouvé en Lo Celso un lieutenant capable de partager les clés du jeu.
Si Lionel Scaloni a remplacé Jorge Sampaoli à la tête de la sélection argentine après le Mondial, la Colombie a également changé d’entraîneur. Cet hiver, le très expérimenté Carlos Queiroz a pris la suite de l’ère Pékerman (2012-18). Après une tournée asiatique mitigée (victoire 1-0 au Japon, défaite 2-1 en Corée du Sud), le nouvel entraîneur a connu deux succès probants contre les voisins panaméens (3-0) et péruviens (0-3 à Lima). De bon augure avant le choc de samedi soir à Salvador de Bahía pour changer la donne, car ça commence à faire long, la Colombie n’a plus battu l’Argentine depuis 2007 !

Il va se faire rouler dessus : le Paraguay

Un champ de ruines. Voilà ce qu’a trouvé l’Argentin Eduardo Berizzo lorsqu’il a été nommé en urgence sélectionneur des Guaraní, le 18 février dernier. Son prédécesseur Juan Carlos Osorio est parti « d’un commun accord avec la Fédération » et pour « raisons familiales » après seulement une rencontre dirigée à l’automne (un match nul en Afrique du Sud, 1-1). Dans le cadre des éliminatoires du Mondial russe, le Paraguay s’était banané à domicile contre le Venezuela lors de la dernière journée, alors qu’une victoire l’aurait envoyé en barrages contre la Nouvelle-Zélande à la place du Pérou. Aujourd’hui, au départ d’un nouveau cycle, le Paraguay semble très loin de rééditer sa performance de 2015 où il avait atteint le dernier carré de la compétition. Au moins, en battant la semaine passée le Guatemala (2-0), Berizzo vient de mettre fin à une longue série de quinze matchs sans victoire du Paraguay en amical. Donnez-leur une invit’ pour la Gold Cup, ça leur irait très bien.

Le joueur frisson : Almoez Ali

Autant le Paraguay est une victime toute trouvée pour le duo Argentine-Colombie, autant la surprise pourrait venir du Qatar. Vainqueur de la Coupe d’Asie en février dernier et pays hôte de la prochaine Coupe du monde, le Qatar se donne les moyens de ses ambitions avec Aspire Academy, sa structure à la pointe de la formation. D’où est sorti Almoez Ali, le goleador ayant battu le record de buts sur une seule édition de la Coupe d’Asie (neuf réalisations), envoyant un retourné en finale contre le Japon (victoire 3-1). Passé très jeune par les satellites qataris en Autriche (Linzer ASK) et en Espagne (Cultural Leonesa), l’attaquant de 22 ans évolue depuis 2016 au Al-Duhail SC, le vice-champion du Qatar. Et il n’aime rien de plus que de conclure le boulot entamé par le gaucher Akram Afif, un autre lascar façonné sur les terrains climatisés d’Aspire Academy.

Le joueur qu’on n’a pas du tout envie de voir : Leandro Paredes

Parce qu’on se rappelle ses performances pourries avec le PSG contre Montpellier ou Toulouse, et qu’on se refuse à croire qu’il puisse être un gars sûr de l’Albiceleste. Ça marcherait aussi pour les Rennais avec le Colombien Juan Quintero, mais il est blessé.

Trois bonnes raisons de suivre ce groupe :

  • Pour voir le bomber colombien Duvan Zapata allumer la cage dans la lignée de sa grosse saison à l’Atalanta (23 pions et le podium de la Serie A).
  • Pour suivre la mise en orbite de Giovani Lo Celso (23 ans), qui sort d’une saison délicieuse avec le Betis et représente la nouvelle génération argentine aux côtés du défenseur Juan Foyth (21 ans, Tottenham) ou de l’attaquant Lautaro Martinez (21 ans, Inter).
  • Pour écouter les envolées lyriques d’Omar da Fonseca, aux commentaires de « [ses] garçons » . « AIMONS-NOUS VIVANTS !!! »

    Trois bonnes raisons de n’en avoir rien à cogner :

  • Parce que même si vous étiez une bille en géographie au collège, vous avez fait vos recherches : Doha est à 10 000 km des côtes brésiliennes les plus proches. À la place du Qatar, vous auriez préféré donner le carton d’invitation au Mexique – ça aurait été l’occasion de porter son nouveau chandail sublime. Les Qataris, qu’ils se contentent de froisser le Liban et la Corée du Nord dans leur compétition continentale.
  • Parce que vous êtes un pacifiste. Et qui dit Argentine-Paraguay, dit Maradona et Chilavert, dit potentielle punchline les deux pieds décollés. En voilà une violente de Diego contre l’ancien gardien tireur de coups francs : « On n’a pas besoin qu’un planteur de manioc paraguayen vienne dire aux Argentins ce qu’ils doivent faire. »
  • Parce que ce vendredi soir, la vraie guerre des chefs n’oppose pas le revenant Lionel contre le Monégasque Radamel, mais Cindy contre Steve sur une île des Fidji.

    Mais pourquoi ils ne sont pas venus ?

    « J’y ai réfléchi profondément, mon cycle avec la sélection est terminé. Je veux profiter de ma famille. (…) Maintenant, vous pouvez arrêter de vous préoccuper de savoir si je serai [convoqué] ou non. » Les mots de Gonzalo Higuaín à l’antenne de Fox Sports Argentine en mars dernier sont clairs. El Pipita a tourné la page de la sélection après la Coupe du monde. Parti par la petite porte du Milan cet hiver, peu prolifique à Chelsea, à 31 ans, Higuaín, qui n’avait pas été appelé par le nouveau sélectionneur Lionel Scaloni, a préféré couper le cordon de lui-même plutôt que d’attendre désespérément une convocation pour la Copa América qui ne serait de toute façon sûrement pas arrivée.

    Outre Higuaín, l’absence de Mauro Icardi dans les 23 Argentins n’est peut-être même plus une surprise. L’été dernier, pendant la Coupe du monde, le buteur de l’Inter n’était pas en Russie, mais en train de prendre le soleil des Caraïbes avec sa tribu sur un catamaran. Convoqué par Scaloni à l’automne, Icardi n’a pas convaincu malgré un but contre le Mexique, et n’a plus été rappelé depuis… Au contraire de son coéquipier/concurrent chez les Nerazzurri, Lautaro Martinez. Au Brésil, ce dernier fera office de doublure au Kun Agüero.

    L’inexpertise de Larissa Riquelme

    Le monde du foot l’avait découverte, elle et son cellulaire bien installé dans le décolleté lors de la Coupe du monde sud-africaine. Neuf ans et quelques contrats publicitaires plus tard, la Paraguayenne de 34 ans va faire le voyage au Brésil pour soutenir l’Albirroja « avec [sa] mère » . Et elle a l’air en forme : « C’est une Larissa nouvelle, renouvelée, plus mature et plus savoureuse, précise-t-elle dans une interview à Esporte. Comme le dit l’adage : « Plus le vin est vieux, plus il est bon. » (…) Je souhaite bonne chance au Brésil pour la Copa América. C’est l’une des équipes les plus fortes du monde, comme le montre l’histoire, et ce sera toujours le cas. J’espère que tout se passera bien et qu’à un moment donné, on verra une rencontre face au Paraguay. C’est le match entre mes deux amours, le Paraguay et le Brésil. » Larissa au pays des merveilles.

    La stat à la con : 9

    Vous ne connaissez personne dans l’équipe du Qatar ? Peut-être parce qu’aucun d’entre eux n’évolue en Europe, ni d’ailleurs dans un quelconque championnat étranger. Les 23 appelés par Félix Sánchez ont la particularité de tous jouer en club dans le pays du Golfe. Ainsi, avec neuf joueurs sélectionnés, le champion en titre du Qatar Al-Sadd est le club le plus représenté lors de la Copa América – devant Al-Duhail, un autre club qatari, et Club América, du Mexique (sept représentants chacun).

    Si ce groupe était un tube de l’été : « Aserejé »

    Trois équipes hispanophones pimentées par une influence arabique ? Évidemment qu’on se croirait en Andalousie dans ce groupe B. Flash-back en 2002 : le Brésil brode sa cinquième étoile, JP Raffarin devient Premier ministre et les quatre sœurs andalouses de Las Ketchup s’imposent au top des charts français pendant onze semaines. Lola, Pilar, Lucía et Rocío Muñoz ambiancent la plage en agitant les mains l’une sur l’autre avec un refrain qui ne veut rien dire. « Y la baila, y la goza y la canta… »

    Le calendrier :

    Argentine-Colombie, le 16 juin à 0h
    Paraguay-Qatar, le 16 juin à 21h
    Colombie-Qatar, le 19 juin à 23h30
    Argentine-Paraguay, le 20 juin à 2h30
    Qatar-Argentine, le 23 juin à 21h
    Colombie-Paraguay, le 23 juin à 21h

    Par Florian Lefèvre

  • A propos SoFoot.com

    SoFoot.com
    Mensuel de foot, culture et société

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *