jeudi , novembre 14 2019

D’une passoire à un mur en béton armé : comment la défense du PSG s’est métamorphosée

Mardi, Jean-Mickaël Seri a réalisé une petite forme d’exploit. Le milieu de Galatasaray a adressé un tir cadré sur le but du PSG. Le seul des Turcs sur l’ensemble du match. L’ancien Niçois n’a pas marqué. Et la formation de Thomas Tuchel s’est imposée en Turquie (0-1), préservant son but inviolé pour la huitième fois sur ses dix derniers matches, Ligue 1 et Ligue des champions confondues. Ce n’est plus une défense. C’est un véritable mur.

La performance défensive du PSG à Istanbul n’était donc pas une exception. Plutôt la confirmation d’une tendance qui se dégage depuis le début de la saison. Paris dégage une solidité qui contraste radicalement avec sa fragilité du printemps dernier. Le club francilien avait bouclé le dernier exercice en encaissant 17 buts sur ses 9 derniers matches. Il n’en a concédé que 4 en 10 matches depuis la reprise. Plus impressionnant encore, il n’y a eu que 14 tirs cadrés sur le but du PSG sur ces 10 rencontres. Seulement 1,4 par match…

Les tirs cadrés concédés par le PSG cette saison

Adversaire Nombre de tirs cadrés concédés
Nîmes 0
Rennes 4
Toulouse 0
Metz 2
Strasbourg 3
Real Madrid 0
Lyon 0
Reims 3
Bordeaux 1
Galatasaray 1

Cette défense qui ressemblait encore à une passoire il n’y a pas si longtemps s’est transformée en muraille infranchissable. Le phénomène n’est pas inexplicable. Pour Eric Rabesandratana, la raison est même très simple. « L’efficacité de la défense du PSG, je l’explique en un mot : Gueye, lance l’ancien défenseur central du club parisien. Avec Idrissa Gueye, le PSG en est à sept matches sans prendre de but. C’est le joueur qui soulage la défense. »

Marquinhos – Gueye, le duo qui change tout

L’arrivée du milieu sénégalais a clairement changé le visage du PSG tant Paris souffrait de ne pas avoir un joueur de son profil. Son volume de courses, son intensité dans les duels et sa capacité à travailler pour les autres sont autant de qualités qui manquaient cruellement à la formation de Thomas Tuchel la saison passée. Il a considérablement élevé le niveau du PSG dans la récupération du ballon. Il permet à la défense parisienne de mieux respirer.

Si précieux soit-il, Gueye n’est cependant pas la seule explication aux progrès du PSG dans le secteur défensif. Car le Sénégalais est bien épaulé. « Son duo avec Marquinhos, c’est vraiment une bonne association, avance Rabesandratana. Je pestais contre le choix de Tuchel de mettre Marquinhos au milieu car Paris a besoin de lui derrière… Mais Marquinhos au milieu, c’est une bonne formule. Il peut évoluer en sentinelle ou redescendre en défense centrale selon la phase de jeu, il est fait pour ça. Dans cette configuration il y a une bonne couverture des latéraux. »

Vidéo – Tuchel : « Marquinhos n’a pas de limite, il peut être l’un des meilleurs joueurs du monde »

00:59

Les vertus de ce duo rejaillissent sur tout le collectif. Les latéraux ne sont pas les seul à jouir d’une plus grande liberté pour se projeter en attaque, ce qui entraîne à la fois une position plus haute du bloc parisien et une prudence accrue de l’adversaire, contraint de jouer plus bas. Marco Verratti en profite lui aussi. L’Italien est beaucoup mieux soutenu que l’an passé et peut mieux exploiter ses qualités créatives dans l’animation offensive. Il peut jouer plus haut, sans trop se soucier des conséquences à la perte du ballon. Car il est mieux couvert.

Derrière et devant, tout le monde au diapason

La solidité défensive du PSG est d’abord le fruit d’un travail collectif. Mais elle passe fatalement par les performances de ses individualités. Dans cette optique, le positionnement de Marquinhos n’est pas sans conséquences car il n’est pas facile de remplacer le Brésilien sans diminuer le niveau de la charnière parisienne. « Thiago Silva est excellent, mais ce n’est pas surprenant, estime Rabesandratana. Pour moi, en football pur, c’est le meilleur défenseur du monde. Kimpembé est très bon aussi. Il est bien revenu. Pour moi, il donne plus de garanties que Diallo ou Kehrer. »

Vidéo – 9e j. – Tuchel : « Kimpembe est prêt pour l’équipe de France »

00:41

Dans cet équilibre, le travail des attaquants doit également être souligné. S’il a été reproché à Pablo Sarabia de ne pas suffisamment peser en attaque, avant sa passe décisive pour Mauro Icardi face à Galatasaray, le travail défensif de l’Espagnol n’en est pas moins remarquable. « Dans une grosse équipe, il faut que tout le monde défende, résume Rabesandratana. Ça passe par le repli des attaquants. Et c’est important de montrer sa participation. Un joueur comme Sarabia va peut-être l’accepter plus facilement. Il faut des joueurs qui se mettent ‘chiffon’. »

Angel Di Maria n’est pas en reste. Et il appartiendra à Neymar et Kylian Mbappé, régulièrement pointés du doigt pour leur manque de travail défensif la saison passée, de se mettre au diapason. Il y a plusieurs explications à la solidité défensive du PSG, mais l’attitude des hommes de Thomas Tuchel est certainement la plus pertinente. Si Paris défend enfin en bloc après avoir souvent dégagé l’impression d’une équipe aux lignes disloquées au printemps dernier, c’est d’abord une question d’état d’esprit. C’est seulement en le conservant que le PSG pourra vraiment rêver plus grand.

Le tifo pour Marquinhos - PSG 2019

Le tifo pour Marquinhos – PSG 2019Getty Images

A propos Eurosport.fr

Eurosport.fr
Eurosport est la première destination sportive en Europe, alimentant la passion des fans et les mettant en contact avec les plus grands événements sportifs du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *