vendredi , décembre 6 2019

Équipe de France : le 3-4-3 de Deschamps, avantages et inconvénients

Pour sa 100e sur le banc des Bleus, Didier Deschamps a voulu innover en proposant une nouvelle formule inédite : le 3-4-3. Séduisants, les Bleus ont montré un véritable talent d’adaptation pour cette formation jamais utilisée par le passé, ouvrant la porte à des options jusqu’ici jamais évoquées. Si la performance globale d’hier a été très satisfaisante, cette formation pourrait ne pas s’avérer être la meilleure à l’avenir. Tour d’horizon des avantages et inconvénients.

LIRE AUSSI : EURO 2020 : CALENDRIER, RÉSULTATS ET MODE D’EMPLOI

Griezmann taille patron

Griezmann taille patronLancer le diaporama
Albanie – France : les notes des Bleus
+11

Griezmann rayonneCredit Photo – Icon Sport

Au coup de sifflet final, un homme a semblé attirer toutes les louanges : Antoine Griezmann. Positionné dans un rôle de numéro 10 derrière la doublette Ben Yedder-Giroud, l’attaquant du Barça a rayonné hier soir. Au four et au moulin, Griezmann s’est montré très à l’aise dans ce rôle d’électron libre avec deux solutions devant lui (Giroud et Ben Yedder), plus les montées très régulières des latéraux sur ses côtés (Mendy et Dubois). C’est très certainement sa performance qui pourrait instiguer le doute dans l’esprit de son sélectionneur dans l’optique de reconduire cette formule, avec ses titulaires habituels. En effet, seul trois des finalistes de Moscou étaient sur la pelouse au coup d’envoi de la rencontre (Varane, Griezmann, Giroud).

Autre effet positif, la plus grande liberté donnée à la paire de milieux de terrain. Hier soir, Tolisso et Sissoko étaient alignés par Deschamps, le premier se montrant plus présent dans le secteur offensif que le second. Avec une équipe type, ce rôle serait donné à Pogba, la tache défensive étant plus réservée à Kanté. Avec trois hommes derrière lui, plus deux latéraux, « La Pioche » serait dépourvue d’une partie du rôle de récupération qu’il lui est normalement alloué, lui laissant plus de liberté pour porter le ballon, ce qu’a très bien fait Tolisso hier soir. De plus, sa relation technique avec Griezmann pourrait être encore plus développée. Encore un point qui peut attiser la curiosité dans l’esprit du coach.

LIRE AUSSI : EXCLU – CLÉMENT LENGLET : « ON NE DEVIENT PAS FOOTBALLEUR EN UN CLAQUEMENT DE DOIGTS »

Quid de l’attaque

Quid de l'attaqueLancer le diaporama
Albanie – France : les notes des Bleus
+11

Olivier GiroudCredit Photo – Icon Sport

Si Griezmann s’est montré performant, ses deux compères d’attaque l’ont beaucoup moins été. Transparent, Wissam Ben Yedder, qui apparaît comme le choix numéro 2 de Deschamps depuis plusieurs mois, a une nouvelle fois laissé passer sa chance de briller en étant titulaire (c’était déjà le cas face à la Turquie au Stade de France). Sa relation technique avec Giroud a été quasiment inexistante. Pour le joueur de Chelsea, son manque de temps de jeu du côté de Londres commence à se faire ressentir avec les Bleus. Jusqu’à présent, il s’est montré très performant, qu’importe son temps de jeu en Premier League, mais il est passé à côté de ses deux derniers rendez-vous (même s’il a marqué sur penalty contre la Moldavie). Plus que jamais, sa place est remise en question, remettant à nouveau le dossier Lacazette sur la table. Absent hier, Mbappé est le titulaire indiscutable. Reste à voir s’il se montre aussi efficace à la pointe de ce 3-4-3 que dans son couloir droit habituel.

De plus, les latéraux ne se sont pas vraiment montrés à leur aise. Si Léo Dubois a rendu une copie plus propre que son homologue de gauche Benjamin Mendy, il a, comme à l’OL, témoigné des difficultés dans la dernière passe, malgré une offrande pour Griezmann sur le second but français. Pour le Citizen, très certainement en manque de rythme, la soirée d’hier n’a pas été rayonnante. Dans ce rôle-là, Lucas Hernandez, toujours bon avec la France, pourrait s’épanouir. À droite, Benjamin Pavard apparaît comme le titulaire au poste, même si ses dernières prestations avec la France prouvent que ce poste est le défaut du onze de Deschamps. Les pistons sont donc une des intrigues ce cette nouvelle formation. À terme, ce rôle pourrait être tenu par des joueurs aux velléités offensives plus prononcées. On pense notamment à Coman, Lemar, Dembélé …

Conclusion : un bon plan B à creuser

Conclusion : un bon plan B à creuserLancer le diaporama
Albanie – France : les notes des Bleus
+11

Quelle formation pour les Bleus ?Credit Photo – Icon Sport

Le 3-4-3 d’hier a donc été une réussite, certes, mais en face se présentait « seulement » la Moldavie. Au moment d’aborder des matchs avec plus d’adversité, Deschamps prendra-t-il le risque d’utiliser à nouveau ce système ? Les Bleus ont le 4-2-3-1 dans le sang, c’est cette formation qui les a menés au titre de champion du monde. Si équilibré, ce dispositif a l’avantage d’être connu et apprivoisé par tous, que ce soit les titulaires ou les remplaçants. Alors à sept mois du coup d’envoi de l’Euro, le sélectionneur a raison d’explorer de nouvelles pistes, même si on l’imagine difficilement perdurer avec cette formation. Le retour des cadres en mars (on l’espère) devrait coïncider avec celui du 4-2-3-1 si cher à Deschamps. Les performances des joueurs dans leurs clubs respectifs pourraient aussi influencer son jugement.

En tout cas, on a hâte de retrouver cette équipe. D’ici le coup d’envoi de la compétition, les Bleus disputeront logiquement 5 à 6 matchs de préparation. Ce 3-4-3 pointera très certainement son nez une dernière fois, peut-être pour durer. Il a en tout cas eu le mérite d’attiser la curiosité de tous.

Albums Photos

A propos Onze Mondial

Onze Mondial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *