dimanche , juillet 25 2021

Et si le Barça le faisait ? Koeman a des raisons d’y croire, mais son avenir resterait flou

On ne sait plus où donner de la tête en Espagne. Dimanche, le Real Madrid a manqué l’occasion de prendre les commandes de la Liga, dans la polémique. A tel point qu’on en oublierait presque que le Barça, lui aussi, est passé à côté d’une sacrée opportunité ce week-end. Les Catalans ont concédé le nul 0-0 sur leur pelouse, face au leader, l’Atlético Madrid. Bilan de la 35e journée : ils restent troisièmes, à égalité avec les hommes de Zinédine Zidane (2es), deux points derrière ceux de Diego Simeone.
C’en est terminé des confrontations directes entre les trois principaux prétendants au sacre (Séville étant un cran en-dessous, à 6 points de la tête). Le FC Barcelone n’a ainsi plus son destin en main. Pire, ce destin, il n’a pas donné l’impression d’être capable de le forcer samedi, face à l’Atléti’. Au jeu de la frilosité, les Blaugrana ont même semblé supplanter les Colchoneros, pourtant peu réputés pour leur art de la prise de risque et, qui plus est, dans la position du chassé.

La chance de jouer en premier

Liga

Le Betis Séville domine Grenade et se place dans la course à l’Europe

IL Y A 4 HEURES

Ronald Koeman a certes dû s’adapter à la sortie sur blessure de Busquets lors du premier acte. Mais il a par exemple tardé à faire entrer Ousmane Dembélé (à la 75e minute), quand son homologue madrilène avait déjà dégainé sa carte Joao Felix depuis quelques minutes (67e). Lundi en conférence de presse, à la veille d’un déplacement à Levante, l’entraîneur barcelonais a eu un discours plus offensif que son coaching, promettant de « lutter jusqu’à la dernière seconde pour remporter la Liga. »

« Si nous ne commettons pas d’erreur, nous mettrons la pression sur les autres« , a déclaré Koeman, au sujet de l’opportunité dont dispose son équipe, qui joue son match de la 36e journée mardi à 22h, alors que l’Atlético sera en piste mercredi, et le Real jeudi. Plus encore qu’une bataille tactique, il voit ce sprint final comme une guerre des nerfs : « L’équipe la plus forte mentalement et physiquement sera sûrement celle qui gagnera, mais je pense que toutes les équipes terminent (ce championnat) un peu affaiblies. »

1. Atlético de Madrid (77 pts) 2. Real Madrid (75 pts) 3. FC Barcelone (75 pts)
Reçoit la Real Sociedad Va à Grenade Va à Levante
Reçoit Osasuna Va à l’Athletic Club Reçoit le Celta
Va à Valladolid Reçoit Villarreal Va à Eibar

A la lecture du classement, Levante n’est pas le plus mauvais des adversaires à prendre. Le Barça va jouer face au 14e de Liga, une équipe ni sous la pression prégnante de la relégation, ni donc présente dans la première moitié de tableau. Mais aussi une équipe qui a gagné chez le Real (1-2) et chez l’Atlético (0-2) cette saison. « La Liga est très homogène » s’est contenté de répondre Koeman, quand il a été interrogé sur le pedigree de son adversaire.

Dans le sillage des 28 buts de Lionel Messi (largement en pole pour être Pichichi), le FC Barcelone est donc encore en lice pour reprendre la couronne d’Espagne, abandonnée l’an passé au Real. Et les raisons d’y croire, pour les supporters blaugrana, tiennent la route. L’Atlético a dilapidé une telle avance après une première moitié de saison épatante, que l’imaginer craquer au buzzer n’a rien d’abracadabrantesque. Tandis que son voisin madrilène ruminera peut-être encore longtemps son nul de dimanche face à Séville.

Ronald Koeman, l’entraîneur du Barça

Crédit: Getty Images

« Je me vois comme l’entraîneur l’année prochaine »

Pour autant, même si le Barça regagne son trône, ce ne sera pas à l’issue d’un opus spectaculaire et cela n’effacera pas la leçon infligée par le PSG en Ligue des champions. Koeman n’abordera pas l’été de tous les dangers – Messi arrivant en fin de contrat – en pleine position de force. Au-delà du dénouement de la course au titre, il ne sera pas auréolé du statut d’entraîneur qui a redonné au FC Barcelone son ADN.

« Il me reste deux ans de contrat et je me vois comme l’entraîneur l’année prochaine« , a déclaré le Néerlandais, au club depuis 2020 et questionné au sujet de son avenir lundi. Ajoutant : « Le président [Joan Laporta] m’a montré sa confiance. » Mais au Barça plus qu’ailleurs, le jeu compte, et un trophée ne suffit pas toujours à faire la maille. En Liga, Ronald Koeman peut encore espérer cocher la case trophée, en attendant de savoir de quoi son futur sera fait.

Énième claque, adieux avant l’heure pour Messi : au Barça, la chute sans fin

Liga

Zidane, « en colère » : « Ce que m’a dit l’arbitre ne m’a pas convaincu »

HIER À 22:13

Liga

L’antisèche de Barça – Atlético : Ils n’ont pas voulu de la Liga, au grand bonheur du Real

08/05/2021 À 18:12

A propos Eurosport.fr

Eurosport est la première destination sportive en Europe, alimentant la passion des fans et les mettant en contact avec les plus grands événements sportifs du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *