dimanche , août 9 2020

EXCLU – SCRIDGE : « Camavinga donne un bon coup de projecteur sur le Stade Rennais »

Zapping Onze Mondial Onze Demande – Real Madrid : Zidane a sauvé sa tête grâce à la victoire dans le Clasico ?

Quel est ton rapport au foot ? 

J’ai toujours kiffé le foot. J’ai même joué en club. Je n’évoluais pas à un niveau de fou mais je me débrouillais. Le foot a toujours fait partie de mon environnement. Quand tu grandis dans un quartier, tu tombes rapidement dedans. Tout le monde tape le ballon. À l’école aussi pendant la récréation. 

Tu étais quel type de joueur ? 

Pas nul, pas fort. Mais je pouvais débloquer des situations pendant les matchs. Pendant tout un tournoi, les gens pouvaient dire : « Scridge est trop nul ». Et lors du match important, je pouvais marquer alors que personne ne s’y attendait. Et là, j’inversais la tendance. Ça a toujours été indécis pour moi. Une seule chose était sûre : je n’allais jamais dans les buts (rires). 

Tu jouais à quel poste ? 

Je jouais ailier droit. Je pouvais également reculer d’un cran et évoluer défenseur droit. Je taclais à fond, je ne laissais passer personne. Je n’étais pas un buteur, j’étais un casseur qui courait vite. J’étais un bon milieu droit. J’ai toujours joué au quartier mais j’ai commencé en club tard, vers mes 12 ans. Mon club s’appelait « La Vitréenne ». J’ai joué en DH. J’ai pu faire des petites apparitions en CFA. Ensuite, j’ai arrêté à mes 17 ans. 

Pourquoi ? 

J’avais l’Osgood-Schlatter. J’ai perdu en capacité. Après ça, je me suis mis dans la musique. Pendant longtemps j’étais partagé entre le son et le foot. Et au bout d’un moment, j’ai préféré passer mon temps au studio. 

Tu as une anecdote ? 

Oui, c’était lors d’un tournoi organisé par la ville de Rennes qui réunissait tous les quartiers. Moi, je jouais avec Villejean. On affrontait Maurepas. J’avais été hyper nul pendant tout le match et à la dernière minute, j’ai placé une tête et j’ai marqué. Et là, tout le monde a crié. C’était kiffant. Je me sentais trop puissant. 

Quel était ton club préféré ? 

À l’époque, c’était Rennes. Maintenant, j’ai une préférence pour le PSG et le Real Madrid. Mais attention, je supporte toujours le club de ma ville. J’ai vraiment vibré quand l’équipe était composée de Frei, Diatta, Fanni… ça remonte. J’allais souvent au stade de la Route de Lorient. 

Tu as pensé quoi de la saison du Stade Rennais ? 

J’ai kiffé ! On s’est qualifiés pour la Ligue des Champions. J’attends avec impatience. J’ai des potes qui jouent là-bas en plus : Camavinga, Niang et Guitane. Je savoure parce que c’était compliqué ces dernières années. Et là, depuis deux saisons, c’est le feu. 

En tant que Rennais, pourquoi ne pas se rapprocher du club ? 

Je n’ai pas forcément pensé à ça. Mais ça pourrait être pas mal, c’est une bonne idée. Un ami a réalisé un spot publicitaire avec Puma. 

Et pourquoi tu apprécies le PSG et le Real ? 

J’habite à Paris maintenant. Tout le monde parle du PSG ici, du coup, t’es obligé de te mettre à supporter Paris au bout d’un moment. En plus, quand tu vois Neymar et compagnie, ça donne envie de soutenir. Et j’aime bien l’ambiance du Parc. Au début, j’y allais de force et petit à petit, j’ai vraiment kiffé. Le Real, je soutiens depuis petit. Quand je jouais à FIFA, je prenais tout le temps le Real. L’époque avec Beckham, Ronaldo, Zidane… Aujourd’hui, Ferland Mendy évolue au Real aussi, c’est un pote. Je suis à fond derrière lui. Si demain, il vient à l’un de mes concerts, il me soutiendra à fond aussi. On se donne de la force mutuellement. 

Tu l’as connu comment ? 

Sur Instagram. Il commentait mes posts et à force, on a discuté. Bennacer, je l’ai connu en soirée. Sa femme écoute mes sons, du coup, il m’a reconnu. Il est venu me voir et on a discuté. Après, on est restés en contact. Mehdi Abeid, je l’ai connu lors d’un showcase à Dijon. Les relations se font essentiellement sur les réseaux ou lors des soirées. 

Tu penses quoi de l’éclosion de Camavinga ? 

Pour moi, c’est une vraie révélation. C’est beau ce qu’il fait. On a souffert pendant plusieurs années. À chaque fois, la Bretagne et Rennes étaient négligés. Et là, tout roule et on a un petit du cru qui se révèle. Il donne un bon coup de projecteur sur la ville. Eduardo, c’est une fierté ! C’est un petit du quartier. Tu vois le petit que tu pouvais envoyer chercher une cannette se retrouver à jouer contre Neymar, c’est une dinguerie. 

Comment vois-tu son avenir ? 

Je pense qu’il doit rester encore une demi-saison à Rennes. Il ne doit pas faire une saison complète comme ça, il peut partir tranquille lors du prochain mercato. L’âge ne veut rien dire par contre, je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent : « Il est trop jeune ». S’il peut signer au Real, qu’il fonce ! Pour moi, il a un jeu à la Pogba. Mais j’ai peur qu’il se fasse manger au Real. La Liga, ce n’est pas comme la France, ce n’est pas le même niveau. Dans un premier temps, je le verrais bien en Angleterre pour qu’il s’endurcisse et après, il pourra aller en Espagne. Je le vois à Arsenal ou Newcastle, un club intermédiaire comme ça pour qu’il puisse encore faire ses preuves. Il ne faut pas qu’il se fasse bourrer le crâne, il doit rester concentré. Il pourrait aller à Dortmund aussi car il est jeune quand même. S’il arrive à 19/20 ans au Real, c’est bien. Il aura un peu pus d’expérience. 

Qui est le joueur que tu apprécies ? 

Hatem Ben Arfa. Je le cite tout le temps. Je kiffe trop ce joueur. J’aime trop comment il joue. J’aime beaucoup Enzo Le Fée, un jeune milieu de terrain qui évolue à Lorient. Il est trop fort. En plus, c’est un mec de la Bretagne. Je le verrais bien en Espagne, dans un club comme Valence. Il a une qualité de passe incroyable. J’aime bien les joueurs techniques. Je me reconnais en Ben Arfa. Dans la musique, c’est pareil : tu peux être fort mais si tu fais les mauvais choix, tu peux vite te retrouver au sol et faire face aux critiques. C’est pour ça qu’il faut être bien entouré et surtout discipliné. Voilà pourquoi je me retrouve en Ben Arfa, parce que je manque de discipline dans ce que je fais. Sans me vanter, même si je suis bon dans ce que je fais, il me manque de la maturité. Je prends souvent exemple sur Ben Arfa. Je me dis : « Vu ce qu’il fait par rapport à son talent, il ne faut vraiment pas que je déconne ». Voilà les deux joueurs que je kiffe. Enzo va faire une grande carrière. 

« Le milieu des agents m’attire »

« Le milieu des agents m’attire »

SCRIDGECredit Photo – Coralie Waterlot

Tu fais souvent des parallèles entre le foot et le rap ? 

Oui. Notamment la gestion de carrière, c’est le même délire. Les footballeurs ont des agents, nous des managers. S’ils tombent sur le mauvais agent, ils peuvent couler. Si l’agent ne fait pas le taf, le joueur se retrouve en galère. Pareil dans la musique, si le manager ne se bouge pas, l’artiste ne peut pas évoluer. Voilà, pourquoi je compare souvent le foot et la musique. Quand tu fais un gros concert comme Bercy, c’est comme si tu te retrouvais en finale ou en demi-finale de Ligue des Champions. Tu as la pression donc il faut rester concentré. Les footballeurs et les rappeurs se motivent mutuellement. Ils écoutent notre musique avant les matchs. Le foot et le rap ont toujours été liés. On peut parler de la relation entre Booba et Benzema même s’ils ne sont plus ensemble aujourd’hui. 

Que penses-tu des relations entre footballeurs et rappeurs ? 

C’est beau à voir. On vient tous du même milieu. On a tous – plus ou moins – eu les mêmes rêves. C’est bien de voir des gens qui vont au bout de leurs ambitions. Quand un artiste ou un footeux perce, ça fait plaisir. Tout le monde est catalogué en mode : quand tu viens d’un quartier, tu peux chanter ou jouer au foot. Il y a une part de vérité dans ça. Même si bien évidemment, tout le monde ne fait pas ça. Dans les quartiers, il y a vraiment du talent. 

Tu aurais préféré être footballeur ? 

Je suis content d’être chanteur. Ça me permet de voyager tranquille et de profiter. Les footballeurs voyagent en mode discipline. Je ne regrette pas. Si j’étais devenu footballeur, j’aurais sûrement pensé différemment. Mais non, j’aime être spectateur, j’aime regarder le foot. Tu gagnes mieux dans ta vie dans le foot, mais il n’y a pas que ça. Moi, je suis un bon vivant, j’aime me faire plaisir. Les footballeurs s’entraînent beaucoup, ils ne peuvent pas profiter autant qu’ils le veulent. Même s’il est vrai que la carrière d’un footballeur s’arrête assez tôt. Alors que dans la musique, c’est intemporel. Regarde Madonna, elle est encore là. Bon, dans le foot, tu peux devenir entraîneur, agent consultant… Dans la musique, tu peux ensuite faire producteur, animateur radio… Tout se rejoint. 

Tu pourrais devenir agent dans le foot ? 

Mais je suis déjà dans le foot. Je suis proche de OnlyPro. Je suis de Rennes, je connais de nombreux joueurs et comme le Stade Rennais fait partie des meilleurs centres de formation en France, je peux leur présenter ou leur parler des pépites du coin. Loum Tchaouna par exemple, il a 16 mais et il est très, très fort. Je leur ai présenté plein de joueurs. Je fais de la mise relation avec les joueurs que je connais. Beaucoup de joueurs me contactent sur les réseaux par rapport à ma musique. Certains sont à la recherche de clubs ou d’agents et moi, je fais la mise en relation directe. Une personne de mon entourage passe la formation d’agent aussi. Je vais être derrière lui. Le milieu des agents m’attire. Si je vois une pépite, je vais être frustré si elle n’atteint pas le top. Du coup, je vais chercher à aider cette pépite grâce à mes contacts. Car moi-même, j’aurais aimé qu’un grand me tende la main. Dans la musique, j’espère devenir producteur aussi. Pourquoi ne pas aider des joueurs ou des chanteurs à réaliser de grandes choses. 

Tu veux devenir le nouveau Mino Raiola… 

C’est en cours. Je fais tout ça en sous-marin car les gens ne savent pas que c’est quelque chose qui me plaît. Les gens ne me connaissent pas assez donc c’est pour ça que je prends la parole aujourd’hui. 

Tu sors un album, tu le compares à quoi dans le foot ce moment ? 

À l’arrivée de Camavinga chez les pros. Je sors un projet tout neuf et les gens se posent des questions. Par le passé, j’ai fait des singles qui ont bien marché. Et là, tout le monde veut voir si je suis une arnaque ou pas. Cet album va leur apporter des réponses. C’est pareil pour Camavinga. Les gens veulent voir s’il va continuer à être aussi performant. Si mon projet ne marche pas, je le comparerai à Ben Arfa. Dans le sens où ça voudra dire que je n’ai pas fait les bons choix sur certaines choses et que je dois me remettre en question. Mais je suis confiant. Si tu n’es pas confiant, c’est mieux de rester chez toi. Il faut toujours croire en soi. Sinon ça ne sert à rien d’espérer quelque chose. 

Tu fais des références au foot dans tes textes ? 

C’est mieux de l’écouter comme ça, tu vas découvrir par toi-même (rires). Allez je t’en sors un : « Dans mon coffre, il y a plus d’herbe qu’au Parc des Princes ». Le foot, c’est un sujet qui m’inspire dans mes textes. Je suis obligé faire des références au foot car tout le monde regarde le foot. J’en ai une autre : « J’ai les idées mal placées comme les frappes de Brandão ». C’est un truc marrant. 

Pourquoi ne pas faire un son spécial autour du foot ? 

J’avais eu l’idée mais Vegedream nous a tous devancés. Faire un son sur le foot, ça fait forceur. Ça a marché pour Vegedream, tant mieux pour lui. Il a fait ça au bon moment. Moi, je n’aurais pas pu faire ce son. Je laisse ça à Johnny Hallyday. C’est quand même bien qu’un artiste urbain ait pu faire ce son. Mais voilà, c’était un truc téléphoné. Par contre, je pourrais faire un son autour de mes potes dans le foot. Au moins, je saurais de quoi je parle. Je saurais les décrire parfaitement. Ça ne sert à rien de faire un son sur un mec que tu ne connais même pas en vrai… Respect à Vegedream quand même car il connaissait une grande partie des joueurs. Mais il y en beaucoup qui parlent de joueurs sans les connaître. Bennacer m’a demandé de faire un son sur lui par exemple (rires). Comme c’est mon pote, je vais le faire. Mais je ne peux pas le faire pour un mec que je ne connais pas, ça fait trop lécheur de bottes. 

Tu voulais évoquer d’autres sujets ? 

Ouais, j’ai trop envie que de gros investisseurs débarquent à Marseille. Comme ça, ça nous fait deux grands clubs en France. Et les Classicos vont reprendre de la saveur comme Barça – Real. Marseille a perdu sa hype. 

M’Baye Niang est annoncé à Marseille, tu en penses quoi ? 

Il est bien à Rennes, mais il a besoin d’un gros challenge. Je le verrais bien à Marseille. Il pourrait être ce joueur qui porte l’équipe. Ce serait un bon choix pour lui par contre, il ne faut pas qu’il aille au Qatar comme j’ai pu le lire dans la presse. Il est jeune, il a le temps avant d’aller au Qatar. Soit il choisit l’argent soit il continue à évoluer dans sa carrière. Dans cinq ans, il pourra encore aller au Qatar. Après, il faudra recruter un nouvel attaquant à Rennes, c’est un problème ça. Guitane peut se révéler cette saison. 

A propos Onze Mondial

Onze Mondial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *