vendredi , avril 3 2020

« Le poids de l’Histoire sur nos épaules », Frappart revient sur sa Supercoupe d’Europe réussie

Elle a parfaitement assumé son rôle. Choisie pour arbitrer la Supercoupe d’Europe entre Chelsea et Liverpool (2-2, 5-4 tab), mercredi, à Istanbul, Stéphanie Frappart n’a pas tremblé. Première femme à diriger une affiche européenne de cette ampleur dans le football masculin, la Francilienne n’a pourtant pas eu une rencontre facile, avec des décisions cruciales à prendre. Pas de quoi la déstabiliser. Il lui a parfois fallu trancher avec autorité, comme lorsqu’elle a désigné le point de penalty pour une sortie irrégulière d’Adrian dans les pieds de Tammy Abraham à la 99e minute de jeu. Elle a su s’imposer en toute sérénité et calmer des esprits parfois tendus. « C’était un match très intéressant, avec beaucoup d’intensité et au final une belle performance de notre équipe arbitrale. C’est le même genre de rencontre que l’on arbitre lorsqu’on fait une finale de Coupe du monde. On connaît ces émotions et on sait les gérer. Ça fait partie de la préparation de faire abstraction du contexte et de vraiment se concentrer sur le match », a-t-elle expliqué ce jeudi au micro de RMC Sport.

Avant d’officier lors de ce choc entre les Blues et les Reds, Stéphanie Frappart avait déjà eu l’honneur d’arbitrer la finale de la Coupe du monde féminine entre les Etats-Unis et les Pays-Bas le 7 juillet dernier (2-0). Deux mois plus tôt, le 28 avril, elle était devenue la première femme à arbitrer un match de Ligue 1, à l’occasion du duel entre Amiens et Strasbourg (0-0). Cette Supercoupe d’Europe représentait donc le nouvel échelon d’une ascension express. « Je n’ai pas changé ma personnalité. Je suis toujours restée calme et sereine. Je pense que les messages passent aussi bien dans ce sens-là. Quand on est arbitre, l’objectif est de ne pas être les stars du match. On ne l’a pas été. On a pris les décisions qu’il fallait au bon moment. Forcément, c’est une satisfaction à la fin du match », a-t-elle confié à RMC Sport, consciente d’avoir écrit avec ses assistantes une nouvelle page de l’arbitrage. « On savait qu’on avait un peu le poids de l’Histoire sur nos épaules et l’avenir de l’arbitrage féminin sur ce match. On l’a pris en considération et on a su en faire abstraction », a-t-elle détaillé.

Les compliments de Klopp? « Une belle reconnaissance »

« On sait qu’on a fait un match qui restera historique. Mon objectif, c’est de rendre la copie propre à chaque match. On prend les matchs un par un, on essaie de ne pas de se focaliser sur l’avenir. L’objectif pour moi, c’est la saison de Ligue 1 qui arrive et pas plus. On est toujours prêts pour l’échéance à venir. On sait d’où on vient et que tout peut tomber en une fraction de seconde dans l’arbitrage », a-t-elle ajouté. Au moment de diriger son prochain match, Stéphanie Frappart se remémorera peut-être les mots prononcés par Jürgen Klopp à l’issue de la Supercoupe d’Europe. L’entraîneur de Liverpool a tenu à saluer sa prestation et celle de ses adjoints: « Je leur ai dit après le match que si nous avions joué comme elles ont officié, nous aurions gagné 6-0. Elles ont fait un bon match. Elles étaient vraiment très bonnes. Il y avait tellement de pression pour ce moment historique. Elles sont restées calmes et ont fait ce qu’elles avaient à faire. Je ne pourrais pas avoir plus de respect pour Stéphanie Frappart. »

« Bien sûr, c’est toujours une belle reconnaissance lorsque les entraîneurs disent du bien de l’arbitre après le match. C’est assez rare et ça a d’autant plus de poids », a réagi la Française de 35 ans, pour qui l’année 2019 est déjà historique.

A propos RMC Sport

RMC Sport
RMC Sport (anciennement SFR Sport) est un bouquet de chaînes de télévision française de Altice France consacré aux sports. Elles sont disponibles sur le satellite, le câble, l'IPTV et en web TV (OTT).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *