mercredi , juillet 15 2020

Lyon chute encore

Le jeu : du mieux mais…

L’Olympique Lyonnais était apparu logiquement un peu émoussé face auServette, club en avance sur la préparation. Face à Genoa, les hommes de Sylvinho se sont montrés plus entreprenants, avec notamment la volonté de jouer vite et juste. Un constat qui s’est surtout vérifié dans les premières minutes du match jusqu’à l’ouverture du score de Thiago Mendes. Avec un onze de départ un peu plus proche de celui qui devrait débuter la saison, Lyon a affiché un visage rassurant offensivement. Entrés en jeu à la mi-temps, Memphis Depay et Bertrand Traoré avaient du feu dans les jambes. Les deux joueurs ont montré qu’ils étaient prêts à occuper le rôle de cadres.

En revanche, Sylvinho a du souci à se faire derrière. Alors que son équipe a mené 3 à 1, elle a encaissé trois buts, dont deux consécutifs à des problèmes de concentration. Sur un centre venu de la droite, Oscar Hiljemark a été lâché au marquage par Jean Lucas et a eu toute la liberté d’ajuster Ciprian Tatarusanu pour l’égalisation à 3-3. Sur le but de la victoire, le contrôle manqué de Christian Kouamé dans la surface ne l’a pas empêché d’enchaîner avec une frappe en pivot. Lyon paie cash ses largesses défensives, alors que Sylvinho doit encore trouver la bonne formule.

Le joueur : Thiago Mendes régale (déjà)

Auteur d’une excellente saison avec le LOSC, Thiago Mendes est déjà en train de prouver que les dirigeants de l’OL ont eu raison de miser sur lui. Dans une position un peu plus reculée que ses compères de l’entrejeu, le Brésilien régale : récupération, orientation, projection et, même, finition comme en témoigne sa frappe audacieuse sur l’ouverture du score. Il dispose d’une panoplie large pour bonifier le jeu lyonnais et il a de quoi faire oublier le départ de Tanguy Ndombele. Son association avec Houssem Aouar promet en tout cas de faire des étincelles.

La stat : 2

Si ces deux défaites essuyées en autant de matches amicaux ne préfigurent de rien pour la reprise du championnat, elles ont de quoi plomber la confiance d’un groupe renouvelé avec, à sa tête, un coach qui a encore beaucoup à prouver et doit imposer sa marque. Ce sont surtout les six buts encaissés qui posent question et symbolisent le principal chantier sur lequel doit travailler le staff technique.

Ce qu’il faut retenir : Lyon n’a pas (encore) changé

À l’arrivée, on a retrouvé encore et toujours les qualités et défauts de Lyon, une équipe capable tour à tour d’être éblouissante et créative offensivement (la sublime frappe du jeune Boubacar Fofana ena été la criante expression) et de se révéler friable derrière. Pire, elle a été incapable de relever la tête après son premier errement défensif. Ces erreurs, couplées au manque de caractère, devront être corrigées, sans quoi l’OL revivra une saison en forme de montagnes russes.

On peut néanmoins affirmer que le vivier de talents est là pour l’Olympique Lyonnais. Charge à Sylvinho de trouver des solutions pour mettre de la rigueur à l’ensemble. Le temps ne joue pour le moment pas en sa faveur : il faudra affronter Arsenal, puis Liverpool dans les jours à venir.

A propos Eurosport.fr

Eurosport.fr
Eurosport est la première destination sportive en Europe, alimentant la passion des fans et les mettant en contact avec les plus grands événements sportifs du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *