mercredi , février 19 2020

Un prêt avec interrogations en option : pourquoi le choix Toko Ekambi pose question

Karl Toko Ekambi a signé, le vœu de Rudi Garcia a été exaucé. Du moins en partie. L’entraîneur lyonnais n’a eu cesse de le répéter devant la presse ces derniers temps : l’OL ne pouvait pas, selon lui, tenir sur les quatre tableaux (Ligue 1, Coupe de France, Coupe de la Ligue, Ligue des champions) avec son effectif actuel. Les blessures longue durée de Memphis Depay et Jeff Reine-Adélaïde exposaient effectivement le club rhodanien à un manque de profondeur. Surtout quand on sait que Martin Terrier est sujet à des pépins physiques réguliers et que Maxwel Cornet est actuellement utilisé… comme arrière gauche.

Cette saison, un Toko Ekambi en mode renard des surfaces

Avec l’attaquant de 27 ans, l’OL recrute un international camerounais qui connaît la Ligue 1 pour y avoir joué deux ans avec Angers – entre 2016 et 2018 -, qui a réussi sa première saison en Espagne avec Villarreal (43 matches, 18 buts, 7 passes décisives) et qui vient de boucler une première partie de saison honnête (6 buts en 18 matchs de Liga). Toko Ekambi, c’est d’abord un attaquant de pointe. Le poste auquel il a inscrit la grande majorité de ses 25 buts en deux saisons de Ligue 2 à Sochaux, puis qui lui a permis de se révéler en Ligue 1 avec Angers, et d’y inscrire 17 buts en Ligue 1 lors de l’exercice 2017-2018.

Karl Toko Ekambi contre Strasbourg

Karl Toko Ekambi contre StrasbourgEurosport

Cette saison, cinq de ses six réalisations ont d’ailleurs été inscrites très proche du but, à la manière d’un véritable attaquant de surface. Mais c’est aussi un joueur capable d’évoluer sur le côté – de préférence le gauche – comme il l’a beaucoup fait lors de sa première saison avec le SCO. Un joueur qui peut donc, sur le papier, occuper la pointe de l’attaque lyonnaise pour faire souffler Moussa Dembélé, accompagner l’attaquant français dans un registre complémentaire, ou s’installer sur un côté, où Maxwel Cornet, Bertrand Traoré et Martin Terrier manquent parfois de régularité et/ou de consistance. A priori, cette arrivée fait donc sens.

Un profil technique qui tranche avec Depay et « JRA »

Mais à s’y pencher de plus près, une question vient à l’esprit : le profil technique de Toko Ekambi est-il celui dont l’OL a besoin ? Si on part du problème de base, à savoir que les Gones avaient besoin de palier les absences de Depay et Reine-Adélaïde, non. Car pour faire simple, le bilan est le suivant : Lyon a perdu deux de ses éléments les plus créatifs pour recruter un attaquant de profondeur. Il n’est évidemment pas question d’avancer que le natif de Paris est un joueur maladroit. Mais avec lui ou Memphis, les possibilités ne sont pas les mêmes. Désormais, la caution technique de l’OL se nommera en grande partie Houssem Aouar, sauf si le jeune Rayan Cherki (16 ans) profite d’un temps de jeu plus important.

Vidéo – 2 buts, 2 passes mais pas seulement : Rayan Cherki, la compil’ de son match hallucinant

03:59

C’est justement le deuxième point d’interrogation concernant cette arrivée. Celle du timing. Toko Ekambi débarque à un moment ou la jeune pépite rhodanienne vient (déjà) de livrer un premier match référence chez les grands à Nantes, samedi (deux buts, deux passes décisives, un penalty obtenu). Pour des questions tout simplement physiques, il ne serait pas raisonnable de donner dès maintenant un temps de jeu très conséquent à la pépite lyonnaise. Mais à l’heure où les Kylian Mbappé et autres Joao Felix percent très tôt au plus haut niveau, il ne faut pas non plus se tromper dans la gestion de ce cas.

La jeunesse… avec parcimonie

L’OL fait plus globalement le choix de ne pas entièrement s’appuyer sur ses jeunes pour faire le nombre devant, ce qu’il aurait pu faire avec Cherki, donc, mais aussi Amine Gouiri, non retenu dans le groupe pour affronter Lille mercredi. Cela peut se défendre, évidemment, surtout dans une saison de Ligue des champions. Mais cela se fait au profit d’un joueur qui n’a comme expérience européenne que sept matches de Ligue Europa, et qui joue seulement sa quatrième saison en première division. Pas d’un attaquant de référence.

Et puis, l’OL n’avait-il pas besoin de renforts à d’autres postes avant de penser à son attaque ? On pense à une charnière irrégulière, à l’image de Joachim Andersen, mais surtout à des postes de latéraux orphelins de Léo Dubois et Youssouf Koné. A gauche, Fernando Marçal reste fragile et c’est de cette manière que Cornet s’est retrouvé latéral à quatre reprises depuis le mois de décembre. Autant de questions qui seront balayées d’un revers de main si « KTE » cartonne entre Rhône et Saône. Dans le cas inverse, la cellule de recrutement lyonnaise pourra commencer à se remettre en question. Pour l’heure, il y a simplement à constater qu’elle nous a surpris.

A propos Eurosport.fr

Eurosport.fr
Eurosport est la première destination sportive en Europe, alimentant la passion des fans et les mettant en contact avec les plus grands événements sportifs du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *