mardi , novembre 19 2019

OM – OL : les notes du match

Avant la trêve internationale, la Ligue 1 nous offrait une rencontre alléchante. En fermeture de cette 13e journée du championnat de France, l’Olympique de Marseille et l’Olympique Lyonnais croisaient le fer à l’Orange Vélodrome pour le premier Olympico de cet exercice 2019-2010. Si sur le plan sportif, cette confrontation était très intéressante, avec une possible deuxième place pour les Phocéens et un passage dans la première partie de tableau pour les Gones, l’attente était ailleurs. C’était en effet le grand retour de Rudi Garcia dans l’enceinte marseillaise, lui qui a quitté l’OM il y a plusieurs mois pour ensuite rejoindre l’OL en octobre dernier. Pour ce choc, André Villas-Boas s’appuyait sur un 4-3-3 avec Kamara en sentinelle ou encore Lopez ailier droit. De son côté, Garcia sortait un 4-2-3-1 avec Reine-Adélaïde en numéro 10 derrière Dembélé.

Après un joli tifo de la part des supporters marseillais, la rencontre démarrait sur un bon rythme. Rapidement, Benedetto tentait sa chance de la tête mais l’Argentin n’accrochait pas le cadre (2e). Les Gones, surpris par le pressing marseillais, répondaient tout de même avec une frappe de Cornet sortie par Mandanda (3e). Le ballon passait très vite d’un camp à l’autre et après une tentative de Rongier contrée, les Phocéens obtenaient un corner. Sur celui-ci, Thiago Mendes touchait le cuir du bras et offrait un penalty à l’OM (12e). Payet prenait le ballon mais les esprits s’échauffaient entre Dubois et Benedetto, auteur d’un petit geste sur le latéral français. Après plusieurs minutes, Payet pouvait enfin tirer et l’ancien Hammer ouvrait le score (18e, 1-0). Boostés par ce score et leurs supporters, les hommes d’André Villas-Boas commençaient alors à asphyxier les Gones.

Alvaro Gonzalez, une deuxième période catastrophique

Suite à une belle action, Payet voyait sa frappe écrasée terminer dans les gants de Lopes (32e). Très actif ce soir, le numéro 10 olympien insistait et doublait la mise avant la pause. Au terme d’une superbe combinaison, Payet se mettait sur son pied droit et ajustait Lopes d’une frappe croisée (39e). Le premier acte était loin d’être terminé. L’un des meilleurs joueurs de l’OL ce soir, Reine-Adélaïde réalisait un festival dans la surface et tombait après un petit contact avec Amavi. M. Gautier ne brochait pas (45e). Et après une dernière frappe de Traoré (45e+2), les deux équipes regagnaient les vestiaires. Les Gones démarraient bien le deuxième acte avec un coup-franc cadré de Traoré capté par Mandanda (48e). Les Phocéens avaient du mal à reprendre, mais Payet passait lui proche du triplé. Sa frappe enroulée passait tout de même à côté des cages de Lopes (58e).

Mais avant l’heure de jeu, les hommes de Rudi Garcia relançaient le match. Traoré ajustait son centre vers Dembélé. Certainement surpris par une voix, Gonzalez se baissait et laissait l’attaquant lyonnais marquer de la tête à bout portant (59e, 2-1). Le défenseur espagnol, déjà auteur d’une erreur, en réalisait une deuxième ensuite. En retenant le buteur lyonnais en tant que dernier défenseur, le joueur prêté par Villarreal était expulsé (64e) ! Les Gones passaient d’ailleurs proche de l’égalisation sur le coup-franc, puisque la frappe déviée de Traoré frôlait le montant (65e). Derrière, les occasions étaient moins nombreuses. À onze contre dix, les joueurs de Rudi Garcia poussaient mais le bloc phocéen restait en place. Le public de l’Orange Vélodrome tremblait jusqu’au bout, puisque la reprise de Terrier ne passait pas loin (90e). L’OM ne craquait pas et remportait donc ce 99e Olympico face à l’OL (2-1). Une victoire qui permettait aux Phocéens de prendre la deuxième place. Les Gones restaient 14es.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L’homme du match : Payet (8) après ses déclarations en conférence de presse vendredi, l’ancien Hammer était attendu au tournant. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le numéro 10 olympien a assumé en sortant un grand match ! Omniprésent sur la pelouse de l’Orange Vélodrome, le milieu français a porté les siens. D’abord en marquant un penalty en début de match (18e), ensuite en doublant la mise d’une frappe croisée (39e). Auteur d’autres tentatives (32e, 33e, 58e), le Réunionnais n’était d’ailleurs pas loin du triplé. Son meilleur match cette saison. Remplacé par Germain (78e) qui n’a rien apporté devant.

Olympique de Marseille

- Mandanda (7) : le capitaine marseillais a été impérial dans son but. Rapidement décisif sur une frappe de Cornet (3e), l’international français n’a rien laissé passer dans sa surface et a donner de la confiance à ses coéquipiers. Même sur les ballons aériens, le numéro 1 olympien a toujours été présent, notamment sur les corners de Reine-Adélaïde et Cornet. Il a continué en deuxième période en stoppant le coup-franc de Traoré (48e). Et sur le but de Dembélé, il ne peut absolument rien faire.

- Sarr (5,5) : titularisé au poste de latéral droit, l’ancien Messin a eu du mal ce soir. Face à Cornet, le joueur de 27 ans a trop souvent été pris dans son dos et a manqué pas mal de choses balle au pied. Son avertissement à la 10e minute lui a rapidement mis une épée de Damoclès au-dessus de la tête, le forçant à moins intervenir. Cependant, sa deuxième période a été bien meilleure.

- A. Gonzalez (4,5) : le joueur prêté par Villarreal a enchaîné les interventions décisives pour le plus grand bonheur des fans phocéens. Le défenseur de 29 ans, qui a tenté sa chance de la tête sur un coup-franc (49e), a donc apporté cette « grinta » que les Marseillais aiment tant, mais seulement en première période. Déjà inquiétant sur quelques interventions durant les 45 premières minutes, Gonzalez a sombré au retour des vestiaires, avec un carton jaune (46e), une décision incompréhensible sur le but de Dembélé (59e) et surtout un carton rouge pour une faute en tant que dernier défenseur (64e).

- Caleta-Car (6) : avec le match de son voisin en charnière centrale, le vice-champion du monde a été plus discret (seulement 27 ballons joués), mais il a tout de même fait son match. Dans la zone de vérité phocéenne, l’international croate a fait preuve de solidité pour repousser les assauts lyonnais.

- Amavi (7) : souvent décrié, le latéral gauche phocéen monte en puissance depuis plusieurs matches. Déjà intéressant face au LOSC le week-end dernier, le joueur de 25 ans a réussi à enchaîner ce soir avec une belle prestation. Dans son couloir ; le Toulonnais a beaucoup couru pour contenir Traoré et Dubois, même si le Burkinabé est parfois passé. Toujours volontaire, l’ancien d’Aston Villa a fait son match.

- Sanson (6) : un match en demi-teinte de la part de l’ancien Montpelliérain. Il a eu un gros impact au milieu, que ce soit en début de match ou dans les derniers instants. Balle au pied, il n’a pas hésité à réaliser plusieurs percées, réveillant forcément les fans présents. Néanmoins, on notera qu’il a perdu un peu trop de ballons (14).

- Kamara (6,5) : encore une fois aligné devant la défense, le joueur formé à l’OM a encore réalisé une belle prestation. Comme le disent les amateurs de football, le joueur de 19 ans a fait « l’essuie-glace » dans l’entrejeu pour venir gratter des ballons dans les pieds lyonnais. Dans la surface, il a conservé ses repères de défenseur, comme sur ce tacle décisif devant Traoré (32e).

- Rongier (7,5) : que dire du match de l’ancien joueur du FC Nantes ? Encore titularisé par AVB, le milieu de terrain français a brillé dans l’entrejeu. Toujours présent pour presser ses adversaires (15 ballons gagnés), le joueur de 24 ans était tout simplement partout, puisqu’il a aussi été là pour organiser le jeu de l’OM. Avec son avertissement en fin de match (82e), il a dû lever le pied.

- Lopez (5,5) : aligné pour la première fois au poste d’ailier droit, le joueur de 21 ans n’était donc pas en terrain connu dans cet Olympico. Ça ne l’a pas empêché de faire un match correct. Beaucoup moins en vue que dans l’entrejeu, le Marseillais a tout de même été intéressant dans le couloir droit, lui qui a d’ailleurs terminé avec 92% de passes réussies. Une bonne première à ce poste. Remplacé par Khaoui en fin de rencontre (87e).

- Benedetto (4,5) : l’ancien avant-centre de Boca Juniors, habitué des grosses ambiances avec la Bombonera, attendait certainement avec impatience cet Olympico à la maison. Malheureusement, l’Argentin n’a pas été à la hauteur de l’événement. Très discret sur la pelouse, le joueur de 29 ans a seulement tenté sa chance de la tête en début de match (2e). Sinon, il a beaucoup décroché pour tenter d’apporter une solution, en vain. Remplacé par Strootman (66e) suite à l’expulsion de Gonzalez. Le Néerlandais a beaucoup couru pour aider ses coéquipiers.

- Payet (8) : voir ci-dessus

Olympique Lyonnais

- Lopes (5) : une première alerte sur une sortie non maîtrisée et une mésentente avec Koné (1ère). Il doit s’incliner une première fois sur le penalty de Payet (18e). Puis une deuxième fois, sur une frappe croisée de Payet hors de portée pour lui (39e). Beaucoup plus tranquille en seconde mi-temps.

- Dubois (4) : un match poussif. Si le Français s’est attelé à bien défendre, le dé-zonage de Payet dans l’axe l’a mis en grande difficulté. Il a très peu pris son couloir pour accompagner les offensives de son équipe. C’est trop peu pour celui qui a récupéré le brassard de capitaine après la sortie d’Aouar.

- Andersen (4) : le Danois monte en puissance et il est apparu plutôt à l’aise dans ce choc. Confiant dans ses relances, il a parfois pris des risques. Il n’intervient pas assez vite sur Payet lors du deuxième but phocéen (39e). Des bonnes interventions mais il a aussi laissé pas mal d’espaces dans son dos ce qui a profité à Sanson par exemple.

- Denayer (3,5) : des difficultés à se positionner. En retard dans ses interventions, le Belge n’était pas dans son assiette. Il a bien réagi par la suite mais n’a pas été transcendant pour autant. Il a assuré le minimum pour ne pas que son équipe coule mais il n’a pas dégagé sa sérénité habituelle.

- Koné (4) : le Malien a eu du mal à entrer dans son match. S’il a mis beaucoup d’impact physique dans les duels, techniquement il n’y était pas. Cependant, il a bien profité des espaces laissés par Cornet devant lui pour prendre son couloir et ainsi apporter le surnombre offensivement. Insuffisant tout de même.

- T. Mendes (5) : un début de match très délicat. Auteur d’une main dans sa surface de réparation, le milieu a concédé le penalty, transformé par Payet (18e). Comme son équipe, sa première période est à jeter à la poubelle mais il a bien réagi dans le second acte en touchant beaucoup plus de ballons.

- Aouar (3) : invisible en première mi-temps, à l’image de son équipe. Le milieu de terrain a très peu été trouvé par ses coéquipiers. C’est lui qui devait orienter le jeu de son équipe mais il a semblé très en retrait et léger dans les duels. À part quelques fulgurances, il n’y a rien à sauver de son match. Remplacé par Cherki après un coup reçu (57e). Le jeune milieu de terrain a été intéressant et a essayé de proposer des solutions.

- B.Traoré (4,5) : le Burkinabé a tout fait à l’envers en première mi-temps. À part sur un rush dans la surface marseillaise, l’attaquant n’était clairement pas dans le coup. Mieux en deuxième période, c’est lui qui offre le but à Dembélé sur un débordement côté droit. Un centre précis qui trouve la tête de son attaquant (59e). Remplacé par Terrier (73e).

- Reine-Adélaïde (6) : le meilleur Lyonnais ce soir. Disponible, il a toujours joué dans le sens du jeu. L’international Espoirs français a débordé, créé des différences et essayé de déstabiliser la défense olympienne mais il a semblé bien seul… Remplacé à la surprise générale à la mi-temps par Jean Lucas (3,5). Le Brésilien s’est distingué par une frappe lointaine (69e), mais c’est l’une des seules choses à notifier.

- Cornet (4) : un début de match où Sarr ne savait plus où donner de la tête. Mais il a baissé de rythme par la suite pour disparaître au fur et à mesure. Il a eu quelques occasions de donner de bons ballons mais s’est parfois montré imprécis. Son association sur le côté gauche avec Koné n’est pas assez prononcée pour peser sur les débats. Un match moyen.

- Dembele (4,5) : très discret. L’attaquant n’a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent et a semblé bien esseulé à la pointe de l’attaque. Que ce soit les joueurs de côté ou les milieux de terrain, le numéro 9 lyonnais n’a pas été trouvé par ses partenaires. Pourtant, il lui a suffi d’un bon ballon pour la mettre au fond. Il reprend bien le centre de Traoré et expédie une tête au second poteau (59e). Pour le reste, pas grand-chose à retenir…

A propos FootMercato Transferts

FootMercato Transferts
Foot Mercato est un site dédié à l'actualité du football. Retrouvez chaque jour les résultats des matchs de foot disputés dans tous les championnats européens : Ligue 1 - 2 Liga, Calcio... Analyse des équipes, commentaire des buts et scores, interview des joueurs et entraineurs de foot, c’est toute l'actualité du foot qui est décortiquée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *